Le pousse-pousse n’est disponible qu’à Berne et à Bâle. Smargo

Grâce à «Smargo», il est parfaitement possible de déménager sans posséder de voiture

points
|
3
minutes de lecture

Fourgonnettes électriques, scooters e-cargo, pousse-pousse : dans le cadre du projet pilote Smargo - Shared Micro Cargo, des fourgonnettes écologiques peuvent être louées à peu de frais dans trois villes suisses. Ce service comble une lacune et est déjà activement utilisé.

Ceux qui utilisent les transports publics et la bicyclette dans leurs déplacements pour des raisons environnementales sont tôt ou tard confrontés à un problème de taille: comment transporter des marchandises volumineuses ou lourdes sans devoir louer une camionnette ou un break à moteur à essence? Que l’on veuille se débarrasser d’un canapé ou donner un concert avec son groupe dans les alentours, ni le vélo, ni le tram ou le bus ne sont adaptés à de tels transports.

Même le vélo cargo, pratique et de plus en plus populaire, atteint ses limites, notamment pour des raisons légales. L’Office fédéral des transports (OFROU) stipule en effet que les bicyclettes peuvent être chargées d’un maximum de 200 kilos conducteur compris. Alors, que faire?

Location bon marché

La solution pourrait s’appeler «Smargo - Shared Micro Cargo». C’est sous ce nom que l’Académie de la mobilité du Touring Club Suisse (TCS) a lancé un projet test d’un an dans trois villes suisses: depuis fin mai, les particuliers et les entreprises de Lausanne, Berne et Bâle peuvent louer à l’heure et à prix modiques des camionnettes de livraison électriques. Un scooter et un pousse-pousse de transport électriques – ce dernier n’est disponible qu’à Berne et Bâle – sont en outre proposés.

Ces véhicules peuvent être réservés via la plateforme de partage de vélos carvelo2go.ch, qui est également exploitée par l’Académie du TCS. Au tarif de base de cinq francs s’ajoute la location horaire, qui coûte trois francs l’heure pour le pousse-pousse et le scooter cargo, et 3,50 francs pour la camionnette.

Au cours des deux premiers mois d’essai, l’offre a déjà été activement utilisée, souligne Jörg Beckmann, directeur de l’Académie de la mobilité du TCS. «Depuis le début du test, les véhicules ont été loués environ 600 fois», précise-t-il. Parmi les intéressés, un nombre étonnamment élevé de clients commerciaux. À Berne, un producteur d’œufs bio a, par exemple, loué le scooter cargo électrique plusieurs fois par semaine, alors qu’à Lausanne, un maraîcher a régulièrement livré ses fruits et légumes avec la camionnette électrique.

À Berne, Bâle et Lausanne, une petite camionnette de livraison à moteur électrique ... Smargo
Il doit être remplacé par le texte Alt de l'image.
... et un scooter cargo électrique peuvent être loués. Smargo
Il doit être remplacé par le texte Alt de l'image.
La petite camionnette de livraison de type Gopil-G4 à moteur électrique permet le transport de marchandises volumineuses. Il faut un permis de conduire B pour pouvoir se mettre à son volant. Smargo
Il doit être remplacé par le texte Alt de l'image.
Les véhicules ne sont pas seulement utilisés par des particuliers, mais aussi, très régulièrement, par des entreprises. Smargo
Il doit être remplacé par le texte Alt de l'image.
Ces véhicules conviennent au transport de marchandises lourdes ou volumineuses pour lesquelles les bicyclettes ou les transports publics ne sont pas adaptés. Smargo
Il doit être remplacé par le texte Alt de l'image.
La location coûte 3,50 francs l’heure pour la camionnette, 3 francs pour le scooter et le pousse-pousse. Smargo
Il doit être remplacé par le texte Alt de l'image.
Pas de partenaire pour cette catégorie d'article.

«Smargo» devrait devenir autosuffisant

«En moyenne, les véhicules sont utilisés durant trois à quatre heures», explique Jörg Beckmann. D’après lui, le fait que, jusqu’à présent, ils ne soient disponibles qu’à certains endroits n’est pas un obstacle. «Les transports sont généralement programmés bien à l’avance», note-t-il. L’itinéraire vers l’emplacement du véhicule est d’ailleurs inclus dans la planification. Jörg Beckmann compare ce service à celui d’autopartage de Mobility, où le véhicule est également récupéré à un emplacement précis.

Ici, le défi est de maintenir les véhicules chargés. Comme pour la location des vélos cargo carvelo2go, un réseau d’hôtes est utilisé: des magasins, comme une boulangerie ou une librairie, proposent ainsi des véhicules «Smargo». Ils s’occupent de la location, de l’entretien et du chargement en électricité. Les enseignes partenaires servent en outre d’ambassadeurs locaux pour «Smargo».

Pour Jörg Beckmann, il est déjà clair que le projet «Smargo» perdurera. Pendant toute la phase test, il demeurera soutenu financièrement par SuisseEnergie, le TCS et d’autres partenaires. Ensuite, l’entreprise devra devenir autosuffisante. «Il y a résolument une demande pour ce service», conclut le directeur.

Première publication : 
10.8.2021
  | Dernière mise à jour : 
11.8.2021

L’Académie de la mobilité du TCS

L’Académie de la mobilité du Touring Club Suisse (TCS) se veut un «Think-and-Do-Tank» pour la mobilité nouvelle. Cette société anonyme a été fondée en 2008, devenant une filiale indépendante du TCS. Elle développe et teste des concepts et des modèles durables destinés à la mobilité de demain. En 2015, grâce à carvelo2go, l’Académie avait lancé la première plateforme de partage de vélos cargo au monde.

Participer au sondage
Nous enregistrons votre réponse

Vous avez déjà participé

Voir mes points

Sélectionnez une réponse

Super ! Vous gagnez:

0
points
Échanger mes points

Quel dommage !

0
Réessayez tout de suite.
Échanger mes points
Oups ! Un problème est survenu lors de la soumission du formulaire.
Nous enregistrons votre réponse

Vous avez déjà participé

Voir mes points

Sélectionnez une réponse

Super ! Vous gagnez:

points
Échanger mes points
Oups ! Un problème est survenu lors de la soumission du formulaire.
Nous enregistrons votre réponse

Vous avez déjà participé

Voir mes points

Super ! Vous gagnez:

0
points
Échanger mes points
Oups ! Un problème est survenu lors de la soumission du formulaire.

Partagez cet article

Plus d'articles